A l'affiche

panique glenmor

 

Après 8 représentations à Plouguernével en février-mars, les Baladins ont terminé leur saison théâtrale par une représentation exceptionnelle sur la scène du Glenmor à Carhaix le samedi 13 avril à 20h30.

 

PANIQUE AU PLAZZA

Philippe Coïc, ministre en vue, doit ce soir-là défendre une loi à l'Assemblée Nationale. La France attendra car il a rendez-vous dans une suite de l'Hôtel Plazza avec sa maîtresse, attachée de com' de l'opposition.

Tout va se compliquer lorsqu'ils découvrent un encombrant cadavre dont il va falloir se débarrasser.

Heureusement, Jean-Louis Bonnot, collaborateur fidèle et zélé, va, par la force des choses, devoir éteindre l'incendie et éviter scandale et affaire d'état. 

Amants dans le placard, mari jaloux, directrice d'hôtel rigide, cadavre encombrant, porte de placard à ressorts ; quand tout ce petit monde se retrouve en même temps dans la même chambre, c'est la " Panique au plazza " !

PRESSE


 

14 avril (Le Télégramme)

letelegramme

Glenmor. 400 spectateurs ravis pour « Panique au Plazza »

 Le soi-disant cadavre retrouve vie petit à petit.

 

Une douzaine d’acteurs amateurs bénévoles

Les Baladins de Plouguernével, c’est une association d’amis qui compte une quarantaine de membres. Elle a été créée en 1982. L’objectif du groupe, mettre dans les meilleures conditions possible « sa » troupe de théâtre. Celle-ci compte une douzaine d’acteurs amateurs bénévoles qui se renouvellent au fil des années. Elle ne s’était encore jamais produite au Glenmor ce qui, pour eux, représentait « la cerise sur le gâteau ». Mais l’évènement a failli ne pas avoir lieu car la salle est victime de son succès. « On s’est peut-être pris un peu tard », a confié Anita, cheville ouvrière de l’association. « On ne s’est manifesté qu’en décembre et toutes les dates ou à peu près étaient prises. Ouf, on est tout de même là ! ».

La chargée de com' de Jean-Luc Mélenchon

Le public a été mis dans l’ambiance sans qu’il ait eu de tour de chauffe. Philippe Coïc, ministre en charge de la réinsertion du gouvernement d’Édouard Philippe attend sa maîtresse dans la suite 723 de l’hôtel Plazza, luxueux établissement parisien. Il n’en a que fiche du débat qui a lieu en même temps à l’assemblée nationale où sa présence est ardemment souhaitée. Sa dulcinée n’est autre que la chargée de com' de Jean-Luc Mélenchon. « Normal dira Claude, car cette femme est une insoumise » ! La nuit s’annonce chaude dans cette suite mais un intrus refroidit une situation idyllique. Un cadavre encore tiède, probablement victime du « coup du lapin », pend à la fenêtre. Probablement un curieux en recherche d’indices ! Partant de là, la pelote peut être déroulée… Et elle le fut, magnifiquement.

« C’est du haut niveau, ils jouent tous très bien »

Portes qui claquent, amants qui se cachent, scènes cocasses voire coquines, situations hilarantes, quiproquos de bon goût, gags à volonté etc. font vibrer un public qui ne demandait que cela. La jeune Blandine se régale. « Je me laisse porter par l’intrigue comme si cela était un film. C’est du haut niveau. Ils jouent tous très bien », confie-t-elle alors que Jean-Louis Bonnot, attaché parlementaire resté « vieux garçon » multiplie les conquêtes malgré lui. Même Arielle Coïc, épouse du ministre, venue mettre son grain de sel dans une situation que personne ne maîtrise, succombe à son charme. Blandine est ravie. Après le week-end passé chez ses parents à Glomel, elle doit rejoindre Caen (14) où elle a trouvé un emploi.

  

13 mars 2019 (Le Télégramme)

letelegramme

Les Baladins. Et maintenant direction Le Glenmor !

Les Baladins de Plouguernével, dont la renommée n’est plus à faire, ont une nouvelle fois confirmé leur talent avec l’interprétation de la pièce de Ray Cooney « Panique au Plazza ». Une comédie de boulevard tout en bons mots, pirouettes, quiproquos, mensonges… L’adultère sert d’alibi dans ce vaudeville débridé qui déchaîne une irrésistible gaieté. La mécanique de Ray Cooney s’amuse à brouiller les cartes et à croiser malicieusement les intrigues pour le plus grand bonheur du public venu très nombreux.

Que les spectateurs n’ayant pu assister aux représentations à Plouguernével se rassurent, Les Baladins rejoueront « Panique au Plazza », le samedi 13 avril, à 20 h 30, sur la scène du Glenmor à Carhaix.


8 mars 2019 (Ouest-France)

logo ouest france

La troupe des Baladins a fait salle comble

Le spectacle 2019 des Baladins, « Panique au Plazza », a rencontré un véritable succès, ce week-end. Les deux séances ont fait salle comble. Les prochaines séances auront lieu vendredi 8 et samedi 9 mars, à 20 h 30, et dimanche 10 mars, à 14 h 30. Entrée 7 € et 4 € pour les 8 à 12 ans.

Le spectacle 2019 des Baladins, « Panique au Plazza », a rencontré un véritable succès, ce week-end. Les deux séances ont fait salle comble. Les prochaines séances auront lieu vendredi 8 et samedi 9 mars, à 20 h 30, et dimanche 10 mars, à 14 h 30. Entrée 7 € et 4 € pour les 8 à 12 ans


5 mars 2019 (Le Télégramme)

letelegramme

La qualité et le public étaient au rendez-vous

Les dix acteurs de la troupe, plus « la fenêtre », avant la représentation de dimanche qui s’est déroulée à guichets fermés.

panique glenmorSi le mauvais temps qui a sévi ce week-end sur la région a incité quelques personnes à ne pas sortir de chez elles, la salle du foyer municipal a fait le plein lors des deux représentations de samedi 2 et de dimanche 3 mars (jouée à guichets fermés). Le public n’a pas regretté son déplacement. « On s’est bidonné du début à la fin. Un rire sans interruption… Je vais passer une bonne soirée maintenant (séance du dimanche). J’ai oublié mes problèmes pendant ce merveilleux moment ». Tous les éléments et ingrédients pour faire de cette pièce une réussite étaient réunis.

 

Ray Cooney, un virtuose du vaudeville

Il faut dire que la rencontre entre Ray Cooney, l’auteur, sa pièce « Panique au Plazza » et le public a été à la hauteur des espérances des spectateurs : un texte irréprochable, une mise en scène « digne d’un professionnel », des acteurs au top. Les situations les plus improbables, les caractères et la manière de parler des personnages, les déplacements, les rebondissements, les réparties, les mots d’auteur… Tout s’embrouille dans une chaîne de mensonges à l’infini que Ray Cooney maîtrise incroyablement. L’autre personnage indispensable à toute comédie, le public, ne s’est pas trompé et a largement contribué au succès des différentes représentations. « C’est pour lui plaire et lui faire vivre des émotions (rires, applaudissements…) que tout a été imaginé, réalisé et conçu ».

Encore trois représentations… plus une

Les Baladins seront de nouveau en scène le week-end prochain : vendredi 8 et samedi 9 mars à 20 h 30 et dimanche 10 mars à 14 h 30. Mais cette année, cerise sur le gâteau, ils termineront leur saison théâtrale par une représentation sur la scène du Glenmor à Carhaix le samedi 13 avril, à 20 h 30.

 

 

 


 

 


25 Février 2019 (Le Télégramme)

letelegramme

Encore six représentations de « La panique au Plazza »

Les deux premières représentations de la pièce de Ray Cooney ont été couronnées de succès.

« Avec Les Baladins, on est sûr de passer un bon moment avec des acteurs qui s’investissent pour nous faire rire », lance un des spectateurs présents dans la salle. « Ces commentaires nous donnent encore davantage d’énergie pour les passionnés de théâtre que nous sommes », répondent les membres de la troupe.

Un résultat qui est le fruit du travail des comédiens, de la metteure en scène et des personnes qui gravitent autour de la troupe. Depuis les répétitions, en passant par le montage du décor et de la sono, le choix des musiques de l’affiche, jusqu’aux représentations, la mécanique est bien huilée.

Les mésaventures d’un ministre

« Panique au Plazza », de Ray Cooney, est une comédie de boulevard. Mise au goût du jour, elle raconte les mésaventures d’un ministre du gouvernement et de sa « maîtresse », en charge de la communication de l’opposition. Un vaudeville basé sur l’accumulation de mensonges qui plonge les personnages dans un tourbillon sans fin.

Pratique

Les Baladins donneront encore six représentations à la salle du foyer municipal : mercredi 27 février, à 20 h 30 ; samedi 2 et dimanche 3 mars, à 14 h 30 ; le vendredi 8 et samedi 9 mars, à 20 h 30, et le dimanche 10 mars, à 14 h 30.


24 Février 2019 (Ouest-France)

logo ouest france

Le vaudeville des Baladins a conquis le public

Fuite de la maîtresse par la fenêtre, cadavre sur un fauteuil roulant, le ministre Coïc et son fidèle, Jean-Louis Bonnot, ont bien du mal à gérer la situation.

 Vendredi soir, la troupe des Baladins, composée de dix acteurs, a lancé sa saison avec un vaudeville : une entrée en matière réussie pour les membres de la troupe. Et le public a largement apprécié, beaucoup ri et longuement applaudi. Il y avait certes quelques chaises vides : « C’est toujours comme ça pour les premières séances, explique Jean-Luc un des acteurs. Mais nous encourageons les gens ne pas attendre les dernières séances qui se joueront à guichets fermés avec le risque de devoir refuser du monde »


22 Février 2019 (Ouest-France)

logo ouest france

Adultère et cadavre au menu des Baladins aujourd’hui

Entre un cadavre encombrant et room-service importun, les troids héros ont du mal à garder leur calme.

Aujourd’hui, les premiers « trois coups », vont lancer la saison 2019 des Baladins plouguistes pour huit séances, une de plus que l’an dernier « Nous espérons ainsi à ne pas avoir à refuser du monde », explique la présidente-metteure en scène-actrice, Claudine Pavec.

Alors qu’il est marié et devrait assister à une session nocturne de l’Assemblée nationale, Philippe Coïk, ministre du gouvernement, retrouve, à l’hôtel, Ségolène Benamou, chargée de communication de l’opposition. Quand les amants se retrouvent avec un cadavre sur les bras, un vent de panique commence à souffler dans l’ambiance feutrée de l’hôtel Plazza.

Heureusement, Jean-Louis Bonnot, collaborateur fidèle et zélé, va, par la force des choses, devoir éteindre l’incendie et éviter scandale et affaire d’état.

Et on peut compter sur les dix acteurs pour être des parfaits complices de ce vaudeville.

Ce vendredi 22 février, à 20 h 30, et dimanche 24 février, à 14 h 30


21 Février 2019 (Le Télégramme)

letelegramme

Coup d’envoi des représentations

Claudine Pavec, la metteure en scène, ici avec Jean-Pierre Le Héguerat, remonte sur scène cette année
Claudine Pavec, la metteure en scène, ici avec Jean-Pierre Le Héguerat, remonte sur scène cette année (JEAN-LUC CHEVANCE)

 

C’est reparti pour la troupe de théâtre de Plouguernével, Les Baladins. Vendredi 22 février, les dix comédiens seront sur la scène du foyer municipal où ils donneront la première des huit représentations de « Panique au Plazza », une pièce qui n’engendrera certainement pas la mélancolie.

Après avoir répété pendant plusieurs semaines et avoir installé les décors sur la scène du foyer municipal, Les Baladins sont prêts pour le grand soir. Cette année, ils quittent la forêt amazonienne pour se plonger dans le décor cozy d’un prestigieux hôtel parisien. Changement de destination, mais de registre : la comédie de boulevard. « Notre seule ambition est de faire rire le public », déclare la troupe locale.

Mensonges à tiroirs pour « Panique au Plazza »

Et avec la pièce en deux actes de Ray Cooney, « Panique au Plazza », Les Baladins n’auront aucun mal à atteindre leur objectif. « Tous les ingrédients indispensables sont réunis, indique Claudine Pavec, metteure en scène et comédienne. Avec les portes et fenêtres qui claquent, des penderies de secours et des mensonges à tiroirs qui plongent les acteurs et les spectateurs dans un tourbillon de folie ».

L’histoire se déroule un soir de septembre, dans la suite de l’hôtel Plazza Athénée de Paris. Un des ministres de droite, les plus en vue du gouvernement, arriviste et manipulateur, a un rendez-vous galant avec sa maîtresse, la chargée de communication de l’opposition. Il préfère batifoler dans des draps de soie que sur les rugueux bancs de l’Assemblée nationale et il n’est plus question de batailles politiciennes. « Mais pour faire une bonne pièce, rien ne se passe comme prévu, commente un des acteurs. Tout va se compliquer ». Et quelle complication ! La découverte d’un encombrant cadavre dont il va falloir se débarrasser. Sans compter tous les autres personnages qui vont engendrer des situations farfelues, des avalanches de gags et bien des quiproquos.

Dix comédiens pour huit représentations

Pour interpréter cette pièce, ils sont dix acteurs : Claudine Pavec, Patrick Le Cam, Nelly Le Héguerat, Isabelle Blivet, Daniel Boscher, Maryse Guégan, Jean-Luc Chevance, Maryse Le Coënt, Anthony Guiheneuf et Jean-Pierre Le Héguerat qui remonte sur scène cette saison. Une saison qui démarre ce vendredi 22 février et se poursuivra par sept autres représentations jusqu’au dimanche 10 mars.


Pratique
Séances au foyer municipal de Plouguernével, vendredi 22 et mercredi 27 février, à 20 h 30 ainsi que le dimanche 24 février à 14 h 30 ; le samedi 2, vendredi 8 et samedi 9 mars, à 20 h 30 et les dimanches 3 et 10 mars à 14 h 30. Tarifs : 7 €, pour les adultes ; 4 € pour les enfants de 8 à 12 ans ; gratuit pour les moins de 8 ans.

19 février 2019 (Ouest-France)

logo ouest france

Une belle équipe pour une Panique au Plazza

Les dix acteurs, sous la conduite de Claudine Pavec (second rang à gauche).

La troupe des Baladins entre dans la dernière phase de sa saison 2019. Les répétitions de Panique au Plazza de Ray Cooney s’accélèrent : deux à trois par semaine, avant les répétitions générales de lundi et mercredi prochains, afin d’être fin prêts pour la première du vendredi 22 février.

Elle invite deux associations à partager l’aventure. Contre trois soirées chacune, où elles sont en charge de la vente du café, chocolat et gâteaux, la troupe leur remet un chèque. En 2019, les associations invitées sont la Croix-Rouge, de Rostrenen, et Béloza Village, dont une antenne est à Kerléo.


10 février 2019 : Les Baladins répètent « Panique au Plazza » (Le Télégramme)

letelegramme

 

Jean-Pierre Le Héguerat et Patrick Le Cam, deux des dix acteurs des Baladins, en répétition du vaudeville de Ray Cooney, « Panique au Plazza ».
Jean-Pierre Le Héguerat et Patrick Le Cam, deux des dix acteurs des Baladins, en répétition du vaudeville de Ray Cooney, « Panique au Plazza ».

Le stress commence à monter chez Les Baladins qui vont retrouver la scène du foyer municipal dans une quinzaine de jours, dès le vendredi 22 février. Ils vont interpréter la pièce en deux actes de Ray Cooney : « Panique au Plazza ». Un vaudeville avec ses portes et fenêtres qui claquent, ses mensonges à tiroirs, ses penderies de secours… Enfin tous les ingrédients nécessaires à pigmenter ce genre de pièce.

Une pièce qui met en scène un ministre très en vue du gouvernement et qui préfère s’ébattre avec une déléguée de l’opposition, dans des draps de soie d’un palace parisien, plutôt que sur les bancs de l’Assemblée nationale, un soir de séance. Mais Ray Cooney y ajoute son grain de sable qui va détraquer la belle mécanique : un encombrant cadavre. AU menu   des quiproquos, des mensonges et autres inventions loufoques.

Les dix comédiens

Pour jouer cette pièce, dix comédiens seront sur les planches   Patrick Le Cam, Isabelle Blivet, Jean-Luc Chevance, Maryse Guégan, Daniel Boscher, Maryse Le Coënt, Jean-Pierre Le Héguerat, Claudine Pavec, Anthony Guiheneuf et Nelly Le Héguerat.